C'est technique !

Publié le par Samy

Afin que les images de mon futur court métrage Slurp ! soient bien synchronisées avec la musique (tombée dans le domaine public et issue d'un CD), je me suis servi de l'animatique (les images du storyboard filmées une par une et montées avec la musique) et j'ai tout reporté sur les feuilles d'expositions.

Au total, 3 minutes de film... soit 4320 images comptées et consignées une par une sur une série de feuilles où sont consignés images, son, cadrage, mouvement de caméra, etc.

Bref, une feuille d'exposition (ou X-Sheet en anglais), c'est ça:

C'est technique !

Pour vous décrypter tout ça, j'ai annoté ladite feuille d'exposition avec des chiffres verts.

1- le titre du film

2- le numéro de la scène et de la séquence dont elle fait partie. Une séquence est composée de plusieurs scènes (sinon, on appelle ça un "plan-séquence")

3- la durée de la scène: 1,66 seconde

4- indique que la scène réutilise un décor déjà employé dans une scène précédente

5- la pagination... afin d'avertir que 4 pages composent cette scène (qui comprend la scène + un fondu au noir non comptabilisé car faisant ici partie du générique de fin)

6- le cadrage: 12 F (12 fields, mesure de dimension de cadrage propre au dessin animé) pour un cadrage 1.85 (cadrage correspondant à peu près à un cadrage 16/9ème)

7- j'indique ici que la première case du storyboard (dans l'animatique !) dure 18 images, la seconde 6 images, etc... en raison de 1 image par ligne !

8- la colonne "PINUP" consignera toutes les indications relatives à l'animation du personnage de la Pinup

9- la colonne "PAPIERS" indique que la scène, en plus du personnage de la Pinup, comprendra un niveau d'animation comprenant des papiers (qui peuvent voler au vent ou simplement être posés sur un banc... ces indications dépendant de l'action prévue dans le storyboard)

10- le décor: il est ici présent jusqu'à la fin du "fondu" et sert de toile de fond à l'action pendant 40 images

11- la colonne "CAMERA" indique les précisions techniques visuelles: des images 30 à 40, la caméra effectue un fondu, c'est à dire que l'image du décor laissera progressivement place à un fond noir

12-la colonne indique que la musique s'arrête ici à la fin du fondu, à l'image n°41

13- l'animation des personnages ou des effets (ombres, papiers, véhicules, etc) est consignée sur plusieurs niveaux distincts (1 élément par niveau): ainsi, on peut changer le rythme ou décomposer une action de manière indépendante d'un élément animé (ou statique, pourquoi pas ?) à un autre

14- La scène comporte 40 images au total... soit une durée de 1,66 seconde (en raison de 24 images par secondes... soit 4320 images pour un film de 3 minutes)

L'étape suivante est l'animation des personnages en fonction du timing prévu par cette feuille d'exposition et l'action proposée par le storyboard.
Chaque dessin sera donc numéroté et entré dans la colonne correspondante: "Pinup" ou "Papiers".

Pourquoi tout ce travail de préparation, me direz-vous ?
Et bien pour que tout au long de la chaîne de fabrication d'un film d'animation, chaque intervenant (de l'animateur au monteur en passant par le réalisateur) ait les même informations claires et précises à l'image près !

Etape suivante ? L'animation !
Que l'action commence !!!!!

Commenter cet article

isabelle 02/04/2015 11:02

Whaouh ; effectivement technique et précis

Samy 04/04/2015 00:24

Effectivement !
J'avoue ne pas être fan d'autant de précision et j'aime bien me ménager une petite place pour l'impro... mais comme le court métrage entier sera synchro avec une musique, je ne peux pas me permettre de dérailler au niveau du timing.
Néanmoins, bien que très rythmé, tout ceci me laisse une totale liberté pour le jeu des personnage donc tout va bien.